Raphaële et Samuel

 Après accord de la mairie, nous avons eu droit d’utiliser deux « créneaux » horaires (la chance de se marier dans une petite ville!!), donc nous avons eu la possibilité de personnaliser la cérémonie….
Après le le mot introductif du maire (que nous avions rencontré au préalable), nous avons lu tous les deux un discours que nous avions écrit à deux. Nous avions demandé à nos témoins de lire quelque chose également : 3 d’entre eux ont lu un texte que nous avions choisi, la 4ème avait écrit un petit paragraphe personnalisé.
Nous avons également échangé nos alliances et consentements.
Le tout a duré environ 30 minutes. Comme il n’y avait « que » la mairie (pas de cérémonie religieuse après), nous voulions à tout prix éviter la cérémonie froide et impersonnelle des 15 minutes réglementaires et avoir l’occasion de nous adresser à nos invités sur les raisons de notre engagement.
Cette personnalisation nous ressemblait, nous avons dit des choses qui nous tenaient à coeur sur nous et notre couple… Emotions garanties!
Nos invités ont vraiment apprécié ce moment!
Encore un grand merci et bonne continuation à Cap Mariage!
Raph & Sam

Elise et Louis-Marie

Nous avions rencontré les M. et avions été très heureux d’échanger ainsi !
Les textes, que nous avions reçus par la poste et lus avant la rencontre, ont été une excellente base.
Nous avons pu parler d’un sujet difficile pour nous à ce moment-là de la préparation de notre mariage civil.
Pour la cérémonie, nous n’avons pas rencontré l’élu avant. C’est dommage mais nous habitions Paris et ns ns sommes mariés près de Nantes. Nous n’avons pas pris notre vendredi pour le rencontrer.
Nous avons pu mettre la musique que nous souhaitions, lire un texte et échanger nos alliances (il manque une formule, autre qu’à l’église – nous n’y avions pas pensé).
Nous avons ensuite, au vin d’honneur, fait un discours pour nous présenter et dire notre choix. Nos parents aussi ont dit qqchose. Les pers se sont senties accueillies, invitées.
Nous nous sommes ensuite mariés religieusement et là, c’est une toute autre dimension, celle de la grace.
Nous avons souvent témoigné du bien fondé de Cap Mariage et cela nous a aidé à nous parler, à voir à quoi nous nous engagions, et à préparer la cérémonie.
Depuis, nous avons déménagé en banlieue et nous attendons un enfant pour le 12 janvier.
Un grand Merci !

Elise et Louis-Marie

Edouard et Muriel

Nous avons préalablement rencontré l’élu Madame B. 2 fois à 1 mois et demi d’intervalle. Madame B.étant toujours disponible pour tout le monde il est possible de la voir à tout moment aussi bien à sa permanence à la mairie du 15ème le samedi qu’à celle rue Saint Charles. Néanmoins, pour préparer au mieux avec elle la cérémonie elle a toujours préféré nous recevoir des jours où elle était certaine de pouvoir nous accorder tout le temps nécessaire (a peu près deux heures à trois heures à chaque fois en ce qui nous concernent).
Le déroulement de notre cérémonie, et grâce aux différents idées que vous nous avez données, a été le suivant:
– distribution de ballons pour occuper les enfants,
– accueil et discours de Mme Baud,
– lecture d’un texte par un témoin de mariage (texte que nous avons choisi dans les textes que vous nous avez prêtés et dont je ne me rappelle plus l’auteur je suis désolée)
– lecture du code civil,
– échange des consentements,
– échange des alliances, apportées par la filleule d’Edouard, agée de 5 ans,
– signature du registre et remercients
Il devait également y avoir une entrée et sortie en musique mais la prise de la salle des mariages ne fonctionnait pas. Nous avions pourtant une semaine auparavant demandé à voir la salle pour s’assurer qu’il existait bien une prise. Nous n’avons pas pensé à l’essayer, la salle ayant été rénovée récemment.
La cérémonie a duré approximativement une bonne demi-heure. J’avoue qu’avec l’émotion nous n’avons pas trop bien mesuré le temps que nous y avons passé.

Edouard et Muriel

Thomas et Mélanie

La cérémonie s’est très bien passée. Finalement les autres salles de la ville étant occupées nous nous sommes rabattus sur la salle des mariages (environ 100 personnes mais nous étions presque 400). Nous avons donc retiré les chaises, 150-200 personnes ont pu rentrer.
Les invités furent surpris de l’accueil en musique et de la distribution de livrets par les enfants. Grâce à la lecture des textes ce fut une véritable cérémonie et tout le monde apprécia que le mariage ne soit pas qu’une formalité. Cependant, on pourrai regretter que cela ne dura que 20 min (mais pas les 200 personnes en plein soleil!!).
La préparation est un moment important car nous aurions pu signer sans même avoir connaissance des textes. De plus, pour les couples plus « fragile » cela leur permet de se remettre en question et de travailler sur les raisons de leur engagement.
Encore merci.

Thomas et Mélanie

Caroline et Daniel

Après vous avoir rencontrés lors du salon du mariage (un an et demi déjà !), Caroline et moi-même étions agréablement surpris de constater que quelques bénévoles se souciaient du mariage civil et uniquement de celui-ci. Ecoute des futurs époux, précieux conseils, questions sur soi-même et sur la volonté de vivre à deux (et au delà même avec les enfants…).
SI nous étions déjà convaincus que nous voulions nous unir pour le meilleur et … le meilleur, nos deux rendez-vous avec vous nous ont beaucoup plu et aidé.
D’abord le premier, avec deux autres couples, pour l’aspect plus « formel », très instructif, car si nul n’est censé ignorer la loi, peu se penche sur le code civil pour comprendre la valeur de leur engagement. Vous nous y avez aidé.
Le second rendez-vous, individuel, fût plus ouvert. Les questions sur l’un et l’autre furent prises comme un jeu, mais qui d’autres pour nous les poser… et se les poser à soi-même ne vient pas tout seul.

Dans une ambiance très conviviale les deux fois, nous avons pu apprécier votre capacité d’écoute et vos conseils.

Nous vous remercions de ce temps que vous accordez bénévolement à ces futurs jeunes mariés dont nous faisons désormais partis
Caroline et Daniel

Hélène et Thomas

«Des cérémonies complémentaires»
Ils se sont dit oui à Orléans le 22 septembre. Le matin à la mairie, devant une trentaine d’intimes, et l’après-midi à l’église devant 350 invités. «Mais nous avons mis autant de soin à élaborer les deux célébrations, différentes et complémentaires», explique Hélène. «D’un côté, il s’agit d’un acte civique. De l’autre, d’une démarche plus personnelle, en prenant Dieu pour témoin.» D’ailleurs, durant les réunions de préparation, les questions n’ont pas été abordées de la même façon. «Par exemple, nous avons dans les deux cas parlé de communication dans le couple, mais la préparation au mariage civil nous a permis de démystifier le recours à un conseiller conjugal en cas de crise. Quant à la lecture attentive des articles du Code civil, elle nous a fait prendre conscience de nos responsabilités.»

Hélène et Thomas

Nelly et Gilles

Nelly et Gilles
«Un rituel à la hauteur de ce grand jour»
Ils rêvaient d’un «grand» mariage. Il a eu lieu samedi dernier à la mairie de Castelnaud-de-Gratecambe, 500 habitants, dans le Lot-et-Garonne. «Nous pensions que seule l’église pouvait offrir suffisamment de solennité pour un événement aussi important. Mais nous ne sommes pas croyants. Ce choix n’aurait été respectueux ni pour nous, ni vis-à-vis des catholiques», expliquent Nelly et Gilles. Par le bouche-à-oreille, ils rencontrent Christine Regaud, de Cap mariage, à Bordeaux. Et découvrent qu’avec l’accord du maire ils peuvent s’emparer avec beaucoup de créativité de la trame immuable du mariage civil. «Nous avons choisi un morceau de jazz pour mon entrée au bras de mon père, raconte Nelly. Nos témoins ont pris la parole, et nous-mêmes avons pu expliquer à nos proches pourquoi cet engagement était une étape chargée de sens après plusieurs années de vie commune.»

Alicia et Michael

Trois quarts d’heure ? Va pour trois quarts d’heure. Quand Alicia et Michael, 26 ans, sont venus lui présenter leur projet de cérémonie de mariage, le maire de Guesnain, 5 000 habitants, dans le Douaisis, a été surpris mais heureux. D’habitude, l’affaire est réglée en 15 minutes chrono. Juste le temps d’écouter distraitement les cinq articles du Code civil qui font de deux tourtereaux des conjoints selon la loi. Alicia et Michael ont ressenti le besoin de donner du temps et de la solennité à leur engagement. «Je ne voulais pas d’un mariage bâclé», déclare la jeune femme. «Je suis de culture catholique, elle est d’origine maghrébine, mais nous ne pratiquons ni l’un ni l’autre, explique son compagnon. Comme la mairie restait le seul lieu d’expression du sérieux que nous mettons dans cet engagement, il fallait que ce soit fort» Alicia et Michael